États d’homme

L’album

Couverture de États d’homme par Rami BébawiCouverture de États d’homme par Pierre Guérin

Description

Pour la première fois, Pierre partage, dans États d’homme, son bagage de pièces instrumentales. Écoutez-vous, écoutez-les, laissez-les en pâture à votre imagination.

Extraits

Pièces

  1. Mauve
    Pièce douce ponctuée d’élans. Créée il y a une vingtaine d’années (elle aurait sans doute pu l’être bien avant ou après), elle a dû attendre longtemps avant que le compositeur décide de lui donner un nom. Elle, lui en fera-t’elle un éventuellement?
  2. Le Pierrot
    De la lave en tendresse, l’émotion la plus vive et la plus pure qui puisse jaillir d’un adolescent de 17 ans. Cette pièce a elle aussi la prétention d’être intemporelle.
  3. Marguerite
    Marguerite était épanouie comme une fleur, elle était aussi une femme d’une exquise simplicité, pour qui la musique était une richesse absolue.
  4. Le singe à Baptiste
    Musique faite une nuit de Saint-Jean-Baptiste. Elle gambade joyeusement. Jouée par le grand singe avec la complicité, du
    côté gauche du piano, de sa guenon de fille Élise.
  5. Moustaches
    En souvenir d’un médecin aux moustaches géantes, qui aimait ses patients autant que ses moustaches pouvaient être longues.
  6. Turbulence lunaire
    Quand tour à tour la lune fait s’élever les mers intérieures puis les apaise.
  7. Le cerf-volant
    À la mémoire d’un homme de contrastes, un colosse au cœur léger qui a terminé sa vie dans la douceur de l’amour et la sagesse
  8. Si loin, si-près
    Une mère bien-aimée quitte, la douleur est vive, le souvenir encore plus vif.
  9. Le vieux clocher
    Mélodie en vagues qui se soulèvent progressivement et s’abaissent langoureusement.
  10. Varna
    Valse sans prétention, du nom d’une belle ville de Bulgarie.
  11. Aux dieux
    Résumé d’une période où la vie s’est métamorphosée en magnifiques papillons et volées d’outardes, dans un décor de hautes montagnes, russes parfois.
  12. PasSage
    Père d’une amie vraie, un homme entier qui a été une inspiration jusqu’à son expiration et le demeure.
  13. Sam s’amuse
    Sam pour un sam-edi soir mouvementé.
  14. Navré Maria
    Finale solennelle, avec un clin d’œil à Gounod et à son Ave Maria (le compositeur s’aperçoit parfois après l’avoir terminée que sa pièce a pu être légèrement influencée… quand il pense qu’elle est belle dans son ensemble, il n’ose l’amputer, c’est sa progéniture après tout, alors il la conserve intégralement).